Mémoire de la ville

« D’or au fer à cheval de sable, un sautoir de même posé en abîme. »

Toponymie

En 1135, les archives mentionnent pour la première fois le nom d‘Issenheim, sous la forme Ysenheim. Au fil du temps, son orthographe subit de nombreuses modifications : Isinheim en 1149, Isenheim dès 1196, Isinhen en 1233… jusqu’à Issenheim son écriture actuelle. L’immémoriale prononciation dialectale alémanique Isena ne justifie aucunement l’utilisation du deuxième « s », qu’un barbarisme orthographique a imposé voici quelque temps déjà. Durant plusieurs siècles d’ailleurs, que ce soit sous la domination autrichienne, française ou allemande, ce nom s’écrivait Isenheim.

L’origine exacte du nom est inconnue. Dans ses « Légendes du Florival », l’abbé Braun y voit la trace du culte jadis dédié par les Romains à la déesse Isis, c’est-à-dire Isisheim.

Une analogie phonétique avec le mot Eisen (le fer) paraît peu vraisemblable. Jamais un minéral de ce type n’a été découvert dans les proches environs. Les étymologistes penchent plutôt en faveur du préfixe Iso, un nom d’homme germanique ; suivi du suffixe –heim, signifiant le village. Le village d’Iso en somme.

La seigneurie d’Issenheim

Issenheim était autrefois une seigneurie autrichienne possédée en fief par les nobles de Hausen, qui passa au xve siècle aux Schauenburg. Ces derniers, pendant la guerre qu’ils firent au marquis de Bade, s’emparèrent de trois frères de cette maison et les retinrent prisonniers dans le château d’Issenheim.

En 1639, cette seigneurie fut acquise par Jean de Rosen, colonel suédois, qui eut pour successeur César Pflug, gentilhomme saxon. Le roi la donna en 1659 au cardinal de Mazarin.

Issenheim fut brûlé au cours de la Guerre de Trente Ans ; en 1695 il ne restait que 12 maisons et 50 habitants. Le village avait une commanderie d’Antonites, dont dépendait le prieuré de Froideval, près de Belfort, celui des Trois-Épis et la maison des chanoines qui desservait l’Église Saint-Étienne de Strasbourg. Ce couvent fut par la suite occupé par les Jésuites qui y ont établi un noviciat.

D’après des titres qui remontent au xiie siècle, la seigneurie d’Issenheim appartenait primitivement à l’abbaye de Murbach qui l’avait reçue de l’archiduc Albert en échange de la ville de Lucerne, qui y possédait aussi le château d’Ostein. Ce château, qui datait du xie siècle et qui n’existe plus, a donné son nom à la famille noble Hennemann d’Ostein qui était au xive siècle, vassale de l’abbaye de Murbach. Pierre était prince-abbé de Murbach en 1430.

La Maison Saint-Michel

En 1277 fut fondé à Issenheim un préceptorat de l’ordre de Saint-Antoine, ordre réputé pour traiter le mal des ardents (nommé par la suite « feu de Saint-Antoine ») : cette maladie due à l’ergot de seigle, champignon toxique, était caractérisée par d’intenses brûlures intestinales puis généralisées. Cette spécialité fit la fortune des Antonins d’Issenheim qui couvrirent au xve siècle le bâtiment d’œuvres d’art (Hans Holbein l’ancien, Martin Schongauer…), dispersées ou détruites par la Révolution et l’incendie de 1831.

La Maison Saint-Michel reconstruite par la suite à son emplacement par les sœurs de la divine providence de Ribeauvillé, conserve le porche de l’ancien couvent, dont une clef de voûte représente Saint-Antoine et une autre Sainte-Véronique. D’autres œuvres, et notamment le retable d’Issenheim de Mathias Grünewald, sont visibles au musée Unterlinden de Colmar.

Histoire moderne

Issenheim a vécu un temps grâce aux usines textiles qui ont créé de nombreux emplois pour les habitants de Issenheim.

C’est le village natal de Georges Spetz : industriel, collectionneur et artiste. On y retrouve sa villa et on y trouvait jusqu’en 2010 la villa Carpentier de son beau-frère qui a été démolie par le collège Champagnat avec l’accord de la mairie et malgré les différentes propositions d’achat pour y agrandir son parking.

Bulletin municipal

Télécharger le bulletin municipal
Feuilleter le bulletin municipal

Contacter la mairie

03 89 62 24 30

Nous trouver
Nous contacter